Galerie La Petite Renarde Rusée

mardi 11 octobre 2016

Denis Ferdinande : exposition de dessins, octobre 2016


Exposition de 17 dessins au stylo bille
Librairie La Curieuse, 7, place Henri IV
61200 - Argentan (Basse-Normandie)




In the mood - dessin 2016




denis.ferdinande@gmail.com

vendredi 1 juillet 2016

Annie Wallois, 21 Collages (Janvier 2011- Juin 2016)




"Viens mon beau chat..." (Charles Baudelaire)





"Mon enfant, ma soeur..." (Charles Baudelaire)






"J'ai tant de fois, hélas, changé de ciel..."
(Jules Supervielle)






"Un mince fusil va l'abattre. Tel est le coeur." (René Char)







"Au fond du temps verdoie un merveilleux silence."
(Jean Follain)






"La dame et moi suivons presque le même rite..."
(Guillaume Apollinaire)






"Dans l'air luisant, l'heure ne sonne que pour l'homme."  (Pierre Reverdy)






"Ces jours qui sont à nous, si nous les déplions..." (Jules Supervielle)





"L'enfant tremblait en elle..." (Jean Follain)








"Si tu traces une route, attention,
tu auras du mal à revenir à l'étendue."
(Henri Michaux)






"Le patron de l'hôtel est en fuite." (Pierre Reverdy)





Chouette femme, 2013




Sabotage, 2013







Tombée des nues, 2013







Voilées, 2013




Femme (6), 2013


 





Femme (7), 2013









Femme feu, 2013






Naissance, 2013






Sur les toits, 2016





Observance, 2016





Annie Wallois
est originaire de Rollez-Verchocq en Artois-Morinie. Elle a co-animé de 1985 à 1987 la revue Alba et publie ponctuellement une collection, L’Oursine. Elle a du goût pour les chouettes, les cactus, les calendriers et les collages.
A publié :
Du printemps (Éd. du Rewidiage, 1997)
Les Coulisses de l’œil (Éd. L’Oursine, 1999)
Des nuages aux talons (idem, 2003)
Hivernales (Éd. du Rewidiage, 2004)
Sans penser (Éd. L’Oursine, 2008)
Poèmes, in Niveau 8 (Éd. Carambolages, 2008)
Nuit rebroussée, (Éd. Henry, 2011)






mercredi 30 septembre 2015

Guy Ferdinande, une exposition / un livre









A l'occasion des Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes du Nord, les 2, 3 et 4 octobre 2015,
puis sur rendez-vous.
67 rue de l'Eglise
59840 Lompret
France

(guy.ferdinande@orange.fr)

 

François Huglo, une chronique de Tout déglinguant sur le site Sitaudis


Claire Bretécher a dessiné « les frustrés » pour se moquer des lecteurs (dont elle) de l’Obs, et Guy Ferdinande « les dépliés » pour rire à ses propres dépens, à ceux des lecteurs, revuistes ou non, de sa revue, pardon, « poézine script’n’graph », pardon, « marotte », et par extension aux dépens du « microcosme ». Le nom de l’auteur a changé, au gré des hétéronymes (Zerbin Buler, Efendi Durganÿ, Zarbi le Ch’ti…), celui de la « marotte » aussi, du « dépli amoureux » à « Comme un terrier dans l’igloo » et « L’igloo dans la dune », en passant par « Le grand hors jeu ! » et « le grand Nord ! ». Autant dire que la revue n’est pas plus une fin en soi, attachée à la promotion de son titre comme à celle d’une image de marque, que Guy Ferdinande n’est un « revuiste ». Alors qui ? Quoi ? Métamorphose, devenir, musique. Gilles Deleuze, dont Ferdinande a suivi les cours à Vincennes, parlerait de pensée nomade, d’art « tourbillonnaire ».
  
   Oublions donc la revue pour nous réjouir de ce montage-assemblage inédit où alternent textes et planches de bandes dessinées, non sans passerelles entre les pages de prose et celles de petits Mickeys où l’on ne trouvera pas la souris divinisée, pour cause de triscèle, par Lafcadio Mortimer, mais un canard qui ressemble à Géo Trouvetou. Loin des studios Disney, on pensera plutôt à Benjamin Rabier (Gédéon), Calvo (Moustache et Trottinette), et surtout Philippe Corentin : la dernière image d’une planche où derrière, puis devant un chat assis sur le bord du trottoir, qui s’interroge sur la folie, passe un basset à tête de Guy Ferdinande (un Guy Ferdinande à corps de basset), est traversée par une banderole : « Souvenez-vous de Plouf et Patatras ! ». On croisera aussi des crapauds et reptiles plus ou moins préhistoriques ou fabuleux, hybrides comme les centaures de Fred ou monstrueux comme la faune de Jérôme Bosch. C’est de ce peintre qu’il faut rapprocher ce Guy Ferdinande qui signe « Rumour », alors que ses dessins rassemblés fin 2013 dans un beau volume publié par L’Âne qui butine, évoquent plutôt Ensor et Clovis Trouille, parmi de nombreuses citations. Tout déglinguant s’ouvre d’ailleurs sur une image pleine page dont le haut est occupé par une salle de musée où les visiteurs longent des murs couverts de tableaux, et le bas par la même salle dont les murs sont vides, et où les visiteurs contournent les tableaux entassés. Légende : « Comment l’installation vint au musée ! ».
  
   Il y a de la calligraphie dans le phylactère, et de la philosophie «(ou « filousophie », ou « phyllosophie ») dans le boudoir où devisent textes et dessins. La question philosophique par excellence est : « qu’est-ce que c’est ? ». Dire ce qu’est une bête revient à dire ce qu’est un homme, et inversement. « Et tant pis si l’écart qui sépare l’homme du chimpanzé est infiniment moindre que celui qui sépare le chimpanzé de la palourde ! Il n’y a pas si longtemps, faut-il le rappeler, l’homme blanc considérait l’homme noir comme une bête et lui infligeait un sort qu’il n’eût jamais infligé à son chien. Je repose ma question : sait-on vraiment ce qu’est un humain, c’est-à-dire ce que vaut un humain ? Un humain est une appréciation relative sur un nom arbitraire, par exemple sur le marché de l’humanité, un Chickasaw ou un Palestinien ne valent rien à côté d’un beau Rafale (ni un Français d’ailleurs !) (…) Une bête est un être qui n’a pas besoin de blabla pour survivre, un être bien mieux fait que l’être humain, et que j’admire ». Le personnage qui tient ce discours est doté de quatre antennes et fait des moulinets avec des avant-bras sans bras. Il s’adresse à un être à oreilles pointues et courte trompe d’éléphant, monté sur ressort, qui fait le beau.
  
   À la question « qu’est-ce qu’un poète ? » répond un défilé où la coiffure et quelques accessoires distinguent les poètes du lundi, « féaux du premier jet », de ceux du mardi, cultivant à la fois vers et pommes, du mercredi, « camelots d’insanités hardcore », qui « sont nos performers, ils hantent à poil les supermarchés en clamant la nudité de l’être avant que le pékin n’ait eu le temps de faire caddy ! ». Les « romantiques de sortie » posent de-ci, grattent de-là, tandis que « les poètes de la marée basse (…) n’attendent jamais demain pour nous raser gratis », suivis par ceux du « buffet de la gare » (le samedi) et les dominicaux « gardiens de la chute », qui « ne mangent pas de pain pour mieux se rendormir sur leurs lauriers en attendant le dégel ». Ce que vaut un humain ? Ce que vaut un poète ? « Profitez-en, les poèmes sont vraiment pour rien en ce moment ! (…) Mais vous avez le temps, la vie est vraiment pour rien en ce moment, il faut en profiter ».
  
   Qu’est-ce que la démocratie ? Sous ce mot donnant son titre à une prose, on peut lire : « [en kit] », puis au-dessous « (en solde) », au-dessous [en l’état, pièces détachées] , enfin : « Faire propositions si intéressé ». Chute ? « Un projet de loi a prévu de couper les allocs à ceux qui ne chanteront pas La Marseillaise pour le retour du pioupiou patriote et les roustons à ceux qui chanteront Ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine ».
  
   On le voit, la philosophie n’est jamais bien loin du politique, la religion non plus. « Je sais que la mort précède la vie, l’effet la cause, les idéologies les religions, les religions leur divin enfant ». Qu’est-ce qu’un dieu ? « Ce qui fait d’un dieu un dieu, ce n’est pas son caractère transcendant —le magistère de la religion est bien plus prosaïque qu’on ne croit—, c’est l’étendue de son territoire, l’expansion vitale de son empire. Si les poisseux monothéismes s’envoûtent eux-mêmes avec leurs dogme et morale, c’est bien parce que les occupations territoriales nécessitent de ne plus voir qu’une seule et même transcendance ». Dire « je crois », c’est conjuguer croire et croître. Marx ne l’ignorait pas (« Accumulez, c’est la loi et les prophètes ») : « la croissance est une affaire de croyance ».
  
   Cette philosophie du quotidien est une poétique, même si au poème elle préfère le noème (un autre ouvrage du même a pour titre Noèmes pour l’immanence). Guy Ferdinande cite Adamo, Enrico Macias ou Claude François plus volontiers que Martin Heidegger. Il ne néglige pas le calembour : la « recette du coco vain » est un titre digne de Michel Ohl. Mais l’attention au quotidien et au politique ne se laisse pas fixer son timing par « l’actualité ». Dans la « marotte » comme ici, on se donne « le droit de faire attention à l’enchaînement des associations d’idées qui n’en finissent pas de nous traverser le ciboulot, cette attention portée aux choses toute tirée par les cheveux qu’elle soit paraissant être la définition même du temps, le temps furtif, rare, que met en bière la temporalité ambiante… ».
  
   Pratiquant avec Dan « l’apprentissage de ces flûtes à col ouvert qui en terre d’Islam s’appellent ney ou nay et des Balkans à l’Arménie kaval, caval, blul, etc. », Guy Ferdinande se pose la question « est-ce le flûtiste qui apprivoise l’instrument ou l’instrument qui apprivoise le flûtiste » ? Nous ne nous demanderons pas qui, ou quel, il est. « Dire ce que je suis ou qui je suis (ou pas) relèverait d’une de ces fadaises qu’il faut au littérophile pour proroger l’assurance que le monde tient dans un livre ». Par « goût d’apprendre », il change d’instrument, passe de la « marotte » au roman (Un fantôme de Lille), du dessin à la flûte ou à l’oud (il faudrait nommer chacun des instruments de l’orchestre planétaire qui habite la maison de Lompret), de la photo à la vidéo. Et peu importe que l’on appelle cela poésie, art, philosophie, politique, éthique, ou fantaisie. Tant qu’il les défie, il tient en échec les diviseurs, les coupeurs d’humanité en tranches étiquetées sous cellophane. Il leur oppose une machine de guerre aussi contagieuse qu’une jam-session.

mardi 29 septembre 2015

Parution : Guy Ferdinande, Tout déglinguant, textes et planches dessinées, septembre 2015









Tout déglinguant, Guy Ferdinande
224 pages au format 26 x 18,5 consistant en 71 textes alternés avec 71 planches dessinées de 6 vignettes chacune. Ces 71 planches constituent un choix explicite de la saga des Dépliés.
Parution aux Rewidiage Prods, Collection "Plis", septembre 2015
Pour toute commande s'adresser à :(guy.ferdinande@orange.fr)